Paysage
English

Le Carouge à épaulettes

Photo: Jacques C. Pelletier

Le Carouge à épaulettes

Au premier regard

Cet oiseau :

  • niche et se reproduit dans les milieux humides de l’Amérique du Nord;
  • compte parmi les premiers signes annonciateurs du printemps au Canada;
  • doit son nom aux épaules rouge vif du mâle;
  • défend farouchement son territoire et attaque des animaux bien plus grands que lui afin de protéger ses nids.


Description

Carouge à épaulettes en chant

Les Carouges à épaulettes mâles sont noirs avec des épaulettes rouges bien caractéristiques. Parfois, la partie rouge est dissimulée; on ne voit alors qu’une bordure jaune. Les mâles immatures ont également des épaulettes rouges, mais le reste de leur plumage peut être brun fuligineux et paraître moucheté.

Les Carouges à épaulettes sont des oiseaux chanteurs de taille moyenne. Ils mesurent de 17 à 23 centimètres environ et pèsent de 32 à 77 grammes. Les femelles sont un peu plus petites que les mâles.

Très différentes des mâles adultes, les femelles ont un plumage qui tire sur le brun et une poitrine zébrée. On confond souvent les femelles avec d’autres espèces d’oiseaux noirs ou des bruants de grande taille.

Signes et sons

Le Carouge à épaulettes a pour cris un tchak fort et, lorsqu’il prend peur, un ti-ou aigu émis d’un trait. Son chant est un konk-la-rîîî fluide et glougloutant.

Haut de la pageHaut de la page

Habitat et habitudes

Le Carouge à épaulettes habite divers milieux humides, notamment des marais (d’eau douce et d’eau salée) et des marécages. On le trouve également dans des zones sèches, par exemple dans les prairies de fauche, les terres cultivées, les prés et les champs pétrolifères, et parfois dans les terrains boisés le long des cours d’eau, ainsi que dans les clairières dans les bois.

Ces oiseaux bien connus comptent parmi les premiers signes annonçant le printemps au Canada. Leur migration printanière a lieu entre la mi-février et la mi-mai. Leur migration automnale vers le sud débute dès le mois d’août. Le Carouge à épaulettes mâle revient avant la femelle au printemps, et part après celle-ci à l’automne. Les Carouges à épaulettes migrent en bandes nombreuses et voyagent de jour.

Ils se regroupent également en grandes bandes pour manger et se reposer.

Envolée de Carouges à épaulettes

Caractéristiques uniques

  • Les taches rouges distinctives aux épaules du mâle sont la caractéristique la plus  connue du Carouge à épaulettes.
  • On croit qu’il s’agit de l’une des espèces d’oiseaux terrestres les plus répandues d’Amérique du Nord.
  • Pendant la saison des amours, le mâle défend agressivement son territoire contre les intrus.
  • Les Carouges à épaulettes savent également sautiller vers l’arrière en fouillant  pour trouver de la nourriture, une technique appelée « double grattage ».

Haut de la pageHaut de la page

Aire de répartition

Le Carouge à épaulettes occupe une aire qui va du nord-ouest de la Colombie-Britannique et de l’Alaska au sud-ouest de Terre-Neuve et, vers le sud, jusqu’au Costa Rica, au nord des Bahamas et à Cuba.

aire de repartition du Carouge à épaulettes

Il se reproduit au Canada dans des zones humides dont les plus septentrionales sont au sud du Yukon, au nord de la Saskatchewan, au centre du Manitoba, au centre nord de l’Ontario, au sud du Québec, ainsi qu’au sud-ouest de Terre-Neuve-et-Labrador.

Il hiverne dans le sud de la Colombie-Britannique, dans l’extrême sud de l’Ontario, en Nouvelle-Écosse et, rarement, dans le sud du Québec.

Haut de la pageHaut de la page

Alimentation

Les Carouges à épaulettes se nourrissent surtout de graines, de grains céréaliers, de baies et de fruits sauvages. L’été, ils mangent également des insectes, des chenilles, des larves, des araignées, des mollusques et des escargots. Ils peuvent marcher, courir ou sautiller tout en fouillant le sol pour y trouver de la nourriture.

Haut de la pageHaut de la page

Reproduction

Le Carouge à épaulettes est une espèce polygyne, c’est-à-dire qu’un mâle s’accouple à plus d’une femelle durant une même saison de reproduction. En fait, jusqu’à 15 femelles différentes peuvent faire leur nid sur le territoire d’un seul mâle.

Les Carouges à épaulettes peuvent avoir deux ou trois nichées par année. Leurs nids sont faits de végétaux palustres entrelacés pour former une coupe. Ils sont tapissés d’herbes fines et attachés à des roseaux, des graminées denses ou des buissons. La femelle pond de trois à cinq œufs, habituellement quatre, d’un vert bleuté parsemé de taches. Elle les couve pendant environ 11 à 13 jours.

Les petits Carouges à épaulettes restent dans le nid de 9 à 12 jours. Les oisillons qui tomberaient du nid ont une capacité limitée de nager de courtes distances. Les adultes, cependant, ne nagent pas.

Haut de la pageHaut de la page

Conservation

Le Carouge à épaulettes

Photo: Andre Denis

Les Carouges à épaulettes sont très répandus en Amérique du Nord. Ils font également l’objet de nombreuses études.

La principale menace qui pèse sur les Carouges à épaulettes est la perte d’habitat qu’entraîne l’assèchement des zones humides à des fins de mise en valeur et d’agriculture.

Comme de nombreux autres oiseaux, les Carouges à épaulettes sont vulnérables aux pesticides qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire.

Les principaux prédateurs des œufs et des oisillons sont les ratons laveurs, les visons et des oiseaux comme les Troglodytes des marais. L’installation des nids de manière à ce qu’ils surplombent la surface de l’eau semble servir à réduire la perte d’œufs et d’oisillons attribuable aux prédateurs. Parmi les prédateurs des Carouges à épaulettes adultes, on compte les buses, les éperviers et les rapaces nocturnes.

Haut de la pageHaut de la page

Ressources

Ressources en ligne

Birds of North America Online (en anglais seulement)

Laboratoire d’ornithologie de la Cornell University – All About Birds (en anglais seulement)
 
U.S. Geological Survey (en anglais seulement)

Ressources imprimées

ALSOP III, Fred J. Birds of Canada, Toronto, Dorling Kindersley Limited;  Tourmaline Editions Inc., 2004.

GODFREY, W. Earl. The Birds of Canada, édition révisée, Ottawa, Musées  nationaux du Canada, 1986.
 
PETERSON, Roger Tory. Peterson Field Guides – Western Birds, Boston,  National Audubon Society et National Wildlife Federation, Houghton Mifflin  Company, 1961.
 
ROBBINS, Chandler S., Bertel BRUUN, Herbert S. ZIM et Arthur SINGER. Birds of North America : A Guide to Field Identification, New York, Golden Press, 1983.


© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2009. Tous droits réservés.
No de catalogue
Texte : Debbie Griff
Révision scientifique : Mike Cadman, SCF
Révision : Tobi McIntyre
Photos : istockphoto.com; istockphoto.com; Andre Denis
Carte: Tobi McIntyre