Faune et flore du pays
Skip navigation Accueil     Galerie multimédia     Webnature     Glossaire     Recherche     English

Le morse de l'Atlantique

Description  |   Aire de répartition  |   Alimentation  |   Reproduction  |   Conservation  |   Ressources

Le morse de l'Atlantique

Nom scientifique : Odobenus rosmarus rosmarus
Taxonomie : Mammifères marins
Région : Québec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Terre- Neuve et Labrador, océan Atlantique



Description
Haut de la page

Le morse de l'Atlantique est un animal de grande taille qu'on reconnaît particulièrement à ses longues canines ou défenses et leurs nageoires avant et arrière. Les mâles sont pourvus de canines plus longues et plus grosses que les femelles. Leur peau de couleur brun foncé est recouverte d'une couche de petits poils bruns clairsemés. À la naissance, cette couche de poils gris argenté devient rapidement brune. Les mâles possèdent un gros cou particulièrement musclé, formé d'une peau très épaisse.

À la naissance, les petits mesurent en moyenne 1,2 m de longueur et pèsent 55 kg. À l'âge adulte, les mâles font environ 3,1 m de longueur et pèsent environ 900 kg. Les femelles mesurent quelque 2,6 m et pèsent en moyenne 560 kg.



Aire de répartition
Haut de la page

Le morse de l'Atlantique préfère les eaux froides de l'océan Arctique, de la mer de Béring, de la Baie James et de la côte du Labrador. Des boucs de glace flottante surplombent ces eaux ayant moins de 80 à 100 m de profondeur. Durant l'hiver, les morses recherchent les endroits où l'eau ne gèle pas. Si les morses ont une prédilection pour la glace en hiver, l'été venu, ils se réfugient sur les rives et les plages quand la glace se fait rare.

 La répartition du morse de l'Atlantique

 Carte: Tobi McIntyre



Alimentation
Haut de la page

La principale source de nourriture pour les morses de l'Atlantique est les mollusques, qui vivent dans les sédiments, au fond de l'océan. C'est la raison qui explique que les morses préfèrent se tenir près des eaux peu profondes. Il n'a pas à parcourir de longues distances pour se payer un gueuleton.

Quand il est temps de passer à table, le morse nage jusqu'au fond de l'océan et creuse pour y trouver les mollusques dans le fond océanique peu profond. Ils se nourrissent également de poissons et d'autres invertébrés qui vivent au fond ou près du fond de l'océan.



Reproduction
Haut de la page

Les morses atteignent la maturité sexuelle à environ l'âge de six ans. Une fois en âge de procréer, la femelle donne naissance a un petit, tous les trois ans, vers les mois de mai et juin. Pendant la gestation, la mère enceinte se rend sur la terre ferme ou sur une banquise pour accoucher.

Le morse mâle de l'Atlantique est un animal extrêmement territorial. Pendant la saison des amours, les mâles forment de grands harems de femelles qu'ils protègent férocement. Si un mâle morse devait s'aventurer dans les parages et envahir le territoire du mâle dominateur, c'est un combat sanglant qui éclate. Le gagnant s'en tire avec les honneurs de la guerre : le cheptel de femelles.



Conservation
Haut de la page

Odobenus rosmarus rosmarusLa chasse est la grande responsable de la disparition des morses dans le nord-ouest de l'Atlantique. La pollution de l'eau peut également représenter un risque puisqu'il est possible que les toxines se retrouvent dans leurs organes, provoquant leur mort prématurée. Les déversements de pétrole ont également eu des effets néfastes, mais on ne saurait l'évaluer de façon précise.

Les morses sont très sensibles aux autres perturbations environnementales causées par l'homme. Les bateaux et les avions volant à basse altitude les effraient et déclenchent une panique générale; dans la mêlée qui s'ensuit, des morses se retrouvant au centre de la meute peuvent mourir écrasés dans le mouvement de fuite de leurs congénères. Le bruit des navires sous l'eau est considéré comme une sérieuse perturbation et pourrait avoir un impact sur leurs communications entre eux. La perte de leur source alimentaire et leurs prédateurs naturels que sont les orques, les requins et les hommes peuvent également avoir des répercussions négatives sur la population.

Le morse de l'Atlantique a subi pendant de nombreuses années de la chasse et la population du nord-ouest de l'Atlantique fait maintenant partie des espèces disparues (espèce disparue du Canada) et est protégée aux termes de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada. De plus, la Loi sur la pêche interdit la chasse commerciale au morse de l'Atlantique.

Le morse de l'Atlantique doit continuer d'être protégé. Renseignez-vous davantage sur les morses de l'Atlantique et soyez conscient des menaces à leur survie, que ce soit le bruit sous l'eau, la pollution de l'eau ou les déversements de pétrole. Faites votre possible pour réduire les menaces partout où c'est possible pour protéger l'habitat essentiel du morse de l'Atlantique. 



Ressources
Haut de la page

Espèces aquatique  en peril – Profil des espèces: Morse de l’Atlantique – Population de l’Atlantique Nord-Ouest
http://www.dfo-mpo.gc.ca/species-especes/index-fra.htm

Morse de l'Atlantic
http://www.registrelep-sararegistry.gc.ca/species/speciesDetails_f.cfm?sid=915

Texte:
Pêches et Océans Canada avec reseignements généraux fournis par Environnement Canada 2005
Révision : Tobi McIntyre, 2007

Photos:
Pêches et Océans Canada,
Jeffrey Domm



 
 


Commander en ligne    Politique de confidentialité    Droits d'auteur    Conditions    Génériques du site    Carte du site Haut de la page
Facebook YouTube Tous droits réservés © 2013 Environnement Canada & Fédération canadienne de la faune